Accès direct au contenu


Imprimer la page
impression pdf

ANR Projet Classique > Le projet ANR

Description du projet

Le projet ANR CLASSIQUE (CLimat, Agriculture et Société SIbérienne- QUelle Evolution?) est un des projets financés du programme CEP&S 2010. Son financement a débuté le 31 mars 2011 et s'achèvera le 31 mars 2015.

Il implique notamment 7 partenaires nationaux, des partenaires internationaux et une forte insertion dans les communautés locales concernées.

Partenaires nationaux :

5 laboratoires CNRS (CNRS Ile de France Sud /Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (UMR8212), CNRS Midi-Pyrénées/Meteo-France /Groupe d’études de l’Atmosphère Météorologique (URA1357), CNRS Rhône-Alpes Secteur Alpes /Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (UMR5183), CNRS Midi-Pyrénées /Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (UMR5566) et CNRS Normandie /Morphodynamique Continentale et Côtière (UMR6143)).
LSCE/LGGE/LEGOS/GAME météo France / M2C

2 laboratoires universitaires : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines /Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (EA2448) et Université Aix-Marseille III Paul Cézanne /Centre interdisciplinaire de recherches sur les territoires et leurs aménagements (EA889))

Comme son nom l'indique, ce projet a pour objectif d'appréhender les impacts des changements climatiques sur l’environnement et la société sibérienne et les rétroactions, dans un effort transdisciplinaire novateur de croiser les sciences exactes et les sciences sociales et humaines.

Les changements climatiques observés en Sibérie, et plus globalement dans l'Arctique, ont déjà conduit à des impacts majeurs sur l'environnement et sur les activités économiques. Si le réchauffement climatique actuel se poursuit comme prévu, ces impacts sont susceptibles d'augmenter, affectant grandement les écosystèmes, les cultures, les modes de vie et les économies. Le projet de recherche CLASSIQUE est axé sur ces questions et mobilise des climatologues, hydrologues, agronomes, démographes, historiens, économistes, sociologues, ethnologues, anthropologues, géographes et spécialistes de la médiation scientifique dans un effort transdisciplinaire pour mieux quantifier (1) les effets des changements futurs du climat sur les propriétés de la neige et de la végétation en Sibérie, (2) l'évolution consécutive du potentiel agricole de la région, (3) les effets démographiques et sociétaux de ces changements, et (4) les interactions et les rétroactions entre ces évolutions.

Les études de la surface continentale (LSCE/LGGE/GAME/LEGOS/M2C) se basent sur l’analyse de différentes données satellitaires pour estimer grâce à des modèles numériques certains paramètres climatologiques tels que, par exemple, la variabilité de l’étendue des zones humides, l’épaisseur de la couche neigeuse, … Ces estimations qui devront permettre de mieux appréhender les écosystèmes sibériens sont dans la plupart des cas vérifiées par des mesures de terrain. Il faut donc que les différents modèles numériques utilisés soient spécifiquement adaptés à l’environnement de surface en Sibérie. L’approche est ainsi souvent locale dans un premier temps pour vérifier ces modèles avec des données disponibles en un site précis pour être par la suite extrapolée à une plus grande échelle.

En parallèle de cette approche orientée environnement physique, les partenaires plus spécialisés dans les sciences sociales et humaines (UVSQ avec notamment CHCSC& CEMOTEV et LIEU (ex-IUAR/CIRTA) collectent, homogénéisent, analysent des données sociétales et notamment démographiques.

Cette approche passe par la création d’un réseau local pérenne et compétent permettant de récupérer des données qui pourront à terme potentiellement permettre dans un effort transdisciplinaire novateur de croiser les deux approches pour mieux quantifier les impacts des changements climatiques sur l’environnement et la société sibérienne, ainsi que les interactions et les rétroactions entre ces évolutions.

Les modèles numériques de la surface continentale ont été adaptés aux conditions environnementales propres à la Sibérie et permettront de construire différents scénarios d’évolution des nombreux paramètres déterminés (permafrost, niveau d’eau, étendue neigeuse, végétation, albedo, accumulation de neige, épaisseur de la couche, sa fonte ainsi que sa densité et sa résistance thermique, types fonctionnels de plantes, températures du sol, …). Une évaluation des performances du modèle de neige et de sol par rapport aux observations historiques sur la période 1979-1995 a produit des résultats de qualité inégalée jusque là.

En parallèle, la modélisation de l'évolution de l'urbanisation et de la péri-urbanisation avec l'émergence de processus de métropolisation a été effectuée et une base de données sociétales multilingue est en cours de finalisation pour permettre l'élaboration d'un atlas géoréférencé et un croisement des analyses de disciplines scientifiques différentes.

Ces résultats obtenus en parallèle dans deux champs disciplinaires très distincts que sont les sciences exactes et les sciences sociales et humaines permettront de faire converger les analyses et permettront une analyse multicritère novatrice des impacts environnementaux, démographiques et sociétaux des changements climatiques en Sibérie.

Toutes ces données et analyses seront mises à disposition à travers un site internet novateur, évolutif et participatif dont l’architecture est déjà élaborée.

Il convient maintenant d’affiner encore les modèles numériques de la surface continentale en réduisant les incertitudes et de compléter les données recueillies pour conduire des études transversales. Parmi les analyses croisées et comparatives entre climatologie et influences sociétales, grâce au cadre de modélisation particulièrement solide permettant d’évaluer l’impact de scénarios de changement climatique, il convient maintenant de s’intéresser aux conséquences possibles pour les populations locales de la société sibérienne, notamment à l'influence des conditions climatiques sur le transport, la dynamique de peuplement, l’occupation des sols et l'agriculture. Toutes ces données regroupées en une base de données multilingue seront diffusées grâce au site internet à plusieurs niveaux de lecture.

Ce projet CLASSIQUE s'inscrit dans et évolue de concert avec, notamment, les recherches menées au sein du réseau arctique de l'UVSQ/OVSQ et du réseau international de recherche sur le bilan de carbone dans les pergélisols. De même, les partenaires sont partie prenante dans la mise en place du centre franco-sibérien.

 

Dernière mise à jour de cette page : 7 janvier 2014